archive

Uncategorized

403554_10151140631577120_508803668_n Il reste des endroits sur Terre où l’invention de la solitude reste à faire. Des lieux où le concept même d’individualité ne veut rien dire. La ville de Rio, qui plus est pendant le Carnaval, en est l’exemple le plus abouti.

Vous étiez parti singulier, mais vous arriverez pluriels. Ou plutôt, vous deviendrez une parcelle d’une nouvelle entité collective, le temps des festivités. Vous quitterez votre identité. Vous ne serez plus les petits Français en vacances, vous deviendrez le « cuisinier nu sous son tablier », la « carmen Miranda en juste corps », « le clown pervers » ou une bande de « zèbres vidigalisés ». Le déguisement vous permet ce changement radical. Car n’ayez nul doute, vous serez déguisés 24 heures sur 24, vous dormirez ( si vous dormez) avec votre perruque, vos faux cils et vos paillettes vous chatouilleront les narines.

Vous ne pourrez y échapper: soit vous adhérez, soit vous partez. Officiellement le Carnaval dure 5 jours et marque l’entrée dans le Carême. En réalité, il s’allonge tranquillement sur 3 bonnes semaines.  Chaque quartier à son bloco, comprendre son carnaval et son orchestre de rue. Le jeu étant de bouger de quartier en quartier, et d’en faire le plus possible. Le carnaval est un temps de MELANGES: d’alcools, de corps, de quartiers, de festivités…

En parallèle, il y a les défilés officiels, bien sûr. Les grandes écoles de Samba se préparent depuis le mois d’Août. Chaque année, elles ont un nouveau thème, dont le dénominateur commun semble résider dans leur hétéroclisme: « le préservatif », « le pétrole », « le Dieu Thor ». Il y a une compétition très sérieuse entre elles. Elles défilent au Sambodrome et sont notées par points, sur une grille digne d’un championnat de patinage artistique. A la fin, une école  monte en 1ère division, tandis qu’une autre en sera déchue. Pendant les 3 jours des défilés, les téléviseurs sont branchés non stop sur plumes et sequins, détrônant ainsi pour quelques jours le football (de toutes les manières il n y a pas de match pendant le carnaval).

Quand j’ai fait le Carnaval de Rio, je n’ai pas pu comprendre tout de suite ce qui m’arrivait tant j’ai eu l’impression d’habiter sur une autre planète. En y repensant, il me semble clair que le carnaval est un des derniers fait social total de notre civilisation. L’ouvrage du sociologue Marcel Mauss, l’essai sur le Don, est la lecture qui m’a le plus influencée pendant mes études. Je continue à y penser régulièrement, il m’a profondément marqué. Mauss y décrit le Potlach, une pratique ancestrale des Indiens du Pacifique qui consiste à batailler à coup de cadeaux entre 2 groupes. Ce comportement culturel du don/contre don est pour Mauss « un fait social total » car il concerne à l’instant t, toutes les sphères du social: économie, politique, religion, esthétique, etc…. A la fin, tout les biens sont brulés car l’enjeux du potlach n’est pas de s’enrichir de biens matériels, mais de s’enrichir de lien social.

Ainsi s’explique ce sentiment indescriptible, mélange de force, de joie et d’énergie que l’on ressent au Carnaval. Le déguisement joue le même rôle qu’un uniforme: il vous retire tout signe d’appartenance sociale. Cette fête est celle du genre humain: rappelant à tout à chacun que le bonheur est simple. Il réside d’abord dans le PARTAGE. « Dans le bonheur d’autrui, je cherche mon bonheur »*.

* Pierre Corneille.

catphoto

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La légende veut que le jeune Hans Stern, fraichement débarqué d’Allemagne au Brésil dans les années 30, vendit son bel accordéon Hohner (pour 200 dollars) afin de monter sa société éponyme, H.Stern. Le symbole est fort, car il s’agissait du seul souvenir de son pays d’origine. Mais il a eu le courage de tout lâcher, de quitter sa « béquille » pour se lancer dans le nouveau monde. Bel exemple, surtout quand on sait aujourd’hui qu’H.Stern est le joyau du luxe Brésilien, et qu’il brille dans le monde entier.

Il aura fallu que j’attende la trentaine (et d’habiter le Brésil), pour comprendre la dimension symbolique du bijou, et plus généralement de la pierre et des métaux précieux.

Un jour, je suis passée devant la boutique du célèbre bijoutier de la rue Garcia d’Avila à Rio. Il y avait en exposition un énorme cristal de roche brute. Automatiquement cela m a fait penser à la Kryptonite de Superman, cette pierre issue de sa planète Krypton, qui est son talon d’Achille. Symboliquement pour Superman, cette pierre lui rappelle son origine, mais surtout que, tout puissant qu’il est, sa planète est plus forte que lui.

Ainsi, porter ou posséder des bijoux, ce n’est pas uniquement avoir quelque chose de très cher et de très beau: c’est d’abord un morceau brute de notre planète. La pierre est ensuite taillée et sertie, mais non transformée. Le lien entre le bijoux et notre planète Terre est plus facile à faire au Brésil, où la Nature crie son nom à chaque coin de rue. Trouvées principalement dans dans les mines de l’état du Minas Gerais, les pierres d’ H.Stern sont belles, pleines de force et de couleurs, emblème magique de ce pays merveilleux. Loin du poids de la tradition des bijoutiers Européens, H.Stern ose un style neuf, imitant souvent la végétation. Il propose des collections en collaboration, les plus célèbres étant celles d’Oscar Niemeyer et de Diane Von Furstensberg. Le Musée de la marque est ouvert au public, c’est d’ailleurs le 4 ème site le plus visité de Rio…Tourmalines, Emeraudes ou Topazes, ces demoiselles sans âges ont déjà fait tourner bien des têtes.

J’aime l’histoire d’H. Stern car elle symbolise bien le Brésil, mélange d’une terre pleine de richesses et d’hommes venus de partout pour la travailler. Au moment où j’écris ces lignes, mon père est venu me déposer sur mon bureau un écrin. A l’intérieur, une bague sertie d’une Aigue Marine. Je ne l’avais jamais vue. La pierre a été achetée chez Stern à Rio, par mes grands parents, à une époque où déjà  ma famille avait un lien fort avec le Brésil. C’est un trésor, mais surtout un souvenir, qui n’a pas pris une ride. En essayant la bague je regarde ma main, et je me dis que je suis la troisième génération à la porter, et que derrière moi il y aura sans doute une quatrième ou une cinquième génération. Cette pierre c’est un peu ma Kryptonite à moi, elle me rappelle mon origine, l’histoire de ma famille, mais en même temps je sais qu’elle est présage d’avenir car, vraisemblablement, elle me survivra…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :