Mon nouveau prof de Portugais s’appelle Criolo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cela faisait plusieurs semaines que mon colocataire S mettait en boucle une drôle de chanson, douce et forte à la fois, dont le refrain était « nao existe amor em SP » ( l’amour n’existe pas à Sao Paulo). J’ai aimé. C’était Criolo. J’en ai écouté d’autres, j’ai encore plus aimé. Vendredi dernier, il était en concert à Rio et au dernier moment j’ai eu une place pour y aller. Trop curieuse pour refuser ce signe du destin, j’ai troqué mes jolis talons pour des sandales et j’ai débarqué. Ce soir là je ne voyais rien (accident de lentilles avant de partir, et trop coquette pour porter mes lunettes). A mon habitude j’ai perdu les trois quarts de mes amis à l’entrée, et me suis retrouvée, un peu en retard, au milieu de la fosse. Le concert avait déjà commencé. Je n’étais pas préparée. J’ai pris une CLAQUE.

Criolo est un rappeur. Même si son dernier album passe par de la Samba, de l’Afro Beat ou du Reggae, c’est quand il crache son flow qu’il touche mon coeur. Parce qu’il garde du Hip Hop la « bonne violence », celle qui balance les sentiments justes, qui vous réveille et qui cible pile là où il faut, sans tourner autour du pot. Du coup, il peut changer d’instrumentalisation ça marche toujours. La puissance reste la même, et c’est un exercice difficile. Et le public suit. Je me suis retrouvée au milieu de centaines de personnes qui levaient le bras en même temps. La première fois que j’ai vu ça, c’était au concert de Tupac, à Los Angeles en 1995. Et des années après, à l’autre bout du monde, je retrouve la même chose. J’aime cet aspect de la mondialisation. Le Hip Hop réunit. Il est fédérateur d’un amour fraternel qui ne sait pas tricher, il n’a pas de frontière.

De son vrai nom Kleber Gomes ( est ce qu’on lui dit qu’il porte le prénom de la plus chic des avenues parisiennes?), Criolo -le Créole- est originaire du Nordeste mais à grandi à Grajau, ville modeste de la Zona Sul de Sao Paulo. Cela fait 20 ans qu’il fait du rap, mais c’est seulement aujourd’hui, avec la sortie de l’album No Na Orelha qu’il rencontre le succès.

Sa voix est grave, son élocution est précise, ses mots choisis. J’ai trouvé mon nouveau prof de portugais. Tout comme j’avais appris l’Anglais avec la sortie de ill communication des Beastie Boys, je compte bien apprendre ( définitivement) le Portugais avec Criolo. J’avais déjà essayé avec Seu Jorge, mais vite abandonné. Seu, je l’adore, je suis fan. Mais ce type a deux piles salines à la place des cordes vocales, il va trop vite, je ne peux pas suivre.

En sortant du concert, j’étais lessivée. D’abord, par ce que prise dans l’énergie collective, j’en avais presque oublié de respirer, et ensuite par ce que j’avais ressenti en 2 heures un condensé d’émotions équivalent à 12 mariages et 20 enterrements.

Criolo est l’exemple même de l’artiste qui s’inscrit dans une réalité brute. Grâce à lui, plus besoin de cours de Sociologie. Il réussit avec brio à nous faire la synthèse d’un Brésil moderne, sans clichés. Chapeau bas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :