Pour le sourire de Carmen Miranda

Image

 

 

 

 

 

 

 

 

Si mon amie B ne m’avait pas rabâché les oreilles avec le Musée Carmen Miranda de Rio, je n’y serais probablement jamais allée. Mais après son départ, c’est vite devenu mon obsession. D’abord par ce que j’avais de Carmen le doux souvenir d’un ballet de bananes géantes ( The lady in the tutti frutti hat), et ensuite par ce que c’est un musée loufoque, complétement décrépi et que tout le monde se moquait gentiment de cette nouvelle lubie.Effectivement, de l’extérieur on dirait la carcasse abandonnée d’une soucoupe volante et l’intérieur ressemble au hall d’entrée de la MJC de Brétigny-Sur-Orge : pas vraiment l’idée qu’on se fait du Musée d’une star internationale.Il y a peu de pièces d’origine, l’éclairage est atroce et on regarde un DVD qui saute sur des chaises en plastique.Mais qu’importe, ce qui compte c’est l’expérience de la démarche : je suis allée à la rencontre de Carmen Miranda.

Regarder une comédie musicale de «  la Bombe brésilienne » c’est un peu comme regarder un Jackson Pollock pour la première fois. En mieux. D’abord il y a ce petit bout de femme (1m 53) à l’énergie atomique. Ses chansons si gaies, son sourire, ses clins d’œil, ses mimiques. Puis il y a le style. Inimitable. Oui, bien sûre Carmen Miranda était populaire aux Etats Unis par ce qu’elle était exotique. Mais son style dépasse largement le costume folklorique. C’est une explosion d’imprimés, sequins, plumes, colliers et bracelets qui scintillent dans cette si jolie image vintage des années 40.

Je suis très surprise que Carmen Miranda n’ait pas encore eu sa « Biopicture » Surtout que sa vie vaut largement le détour. Portugaise émigrée dès l’enfance au Brésil, elle devient très jeune « uma figura Carioca » grâce à un radio crochet. En 1939, un producteur américain la remarque et la fait débarquer à Hollywood. S’en suivent pléthore de films et de comédies musicales. Nous sommes en pleine Seconde Guerre Mondiale, le public Américain a besoin d’un « entertainment » joyeux et coloré. De plus, célébrer une star Sud Américaine permettait de sceller dans la bonne humeur la récente très bonne entente entre les Etats-Unis et le Brésil.Mais il y a aussi une partie « off » parfois très drôle : Carmen s’était fait refaire le nez de manière catastrophique. Comme elle enchainait un nouveau film dans la foulée et n’avait pas le temps de se faire réopérer, elle porta un nez postiche camouflé sous une épaisse couche de maquillage pendant tout le tournage. A côté de cette anecdote, le sixième orteil de Marylin fait pâle figure.

Le côté sombre de ce «  joyau brésilien » c’est une vie privée impossible. Plus de deux spectacles par jour pendant des années, des voyages à répétition et l’enfermement dans des rôles stéréotypés la plongent dans la dépression puis l’alcool et les médicaments. Elle meurt prématurément d’une crise cardiaque à seulement 46 ans. De Beverly Hills son corps fut rapatrié ici à Rio, où 500 000 personnes suivirent le cortège en chantant ses succès…

J’aurais bien aimé que Carmen Miranda vieillisse. Je suis sûre qu’elle serait devenue une icône de mode. Une sorte d’Iris Apfel version Amérique Latine. J’aurais adoré la rencontrer à 90 ans avec des turbans colorés dans les cheveux et des dizaines de rangées de colliers autour du cou. Elle aurait encore certainement ses compensées en plexiglass et un rouge à lèvres explosif habillerait son merveilleux sourire. Je l’imagine volontiers exploser de rire en me hurlant : «  Banana is my business ! ». Rien qu’en y pensant je sens mes joues se tirer et mes dents prendre la lumière: merci Carmen j’ai le sourire « Banane » pour la journée …

Documentaire sur Carmen Miranda de Helena Solberg : Carmen Miranda : Banana is my Business

1 commentaire
  1. Marcio Presgrave Souto a dit:

    Lindo! Espero que esteja gostando do livro! depois em conte o que achou! bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :